Pourquoi les taux d'intérêts sont si bas pour l'épargnant moyen

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 241
Enregistré le : 31 mai 2010, 16:26
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Pourquoi les taux d'intérêts sont si bas pour l'épargnant moyen

Message par cgelinas » 05 avril 2019, 17:25

Depuis plus d'une décennie, les taux d'intérêts sont si bas pour l'épargnant moyen qu'il est devenu ambitieux de récolter un intérêt qui dépasse l'inflation.

Avec des intérêts qui oscillent à moins de 1% et une inflation qui dépasse presque toujours ce même 1%, on comprend pourquoi le rendement sur l'épargne est carrément négatif. Autrement dit, les épargnants moyens perdent graduellement leur pouvoir d'achat.

Et c'est là un problème très grave qui concentre la richesse entre les mains des riches, aux dépens des autres, incluant les épargnants moyens.

Le jeu financier est tellement devenu pervers en matière de concentration de la richesse qu'à Londres où le prix de l'immobilier atteint des sommets, il y a des quartiers entiers du centre de la ville où les milliardaires font monter la valeur des "offres immobilières du marché" que même les millionnaires sont obligés d'aller s'installer ailleurs, n'étant même plus capables d'habiter dans leur luxueuse demeure parce que des propriétaires bien plus riches qu'eux n'ont aucun égard pour eux.

C'est la loi de jungle... financière.

Alors on reviens à vous, l'épargnant moyen qui n'arrive plus à récolter des intérêts au-dessus de l'inflation et qui s'appauvrit sans cesse. Pourquoi en sommes-nous là?

Nous sommes là pour plusieurs raisons mais une de celles qui retient le pus l'attention, lorsqu'on s'intéresse à la question, est l'attrait de la spéculation, dans le monde de la finance.

Oui, la spéculation.

Principalement avec l'argent des autres.

En spéculant afin de gagner gros mais en sachant qu'en cas de perte, le pire qui puisse arriver, si ça arrive, c'est une perte d'emploi. Ça donne ainsi un gigantesque incitatif pour les banquiers qui spéculent. Et ça dérègle toute l'économie.

Un épargnant moyen qui voudrait collecter des intérêts sur ses épargnes devrait, normalement, les confier à un tiers qui les utilisera pour un placement hautement spéculatif qui peut rapporter gros mais où l'épargnant moyen peut tout perdre, aussi. Les très riches ont les moyens de se relever d'une petite perte mais pas les épargnants moyens alors devant le risque de tout perdre, ceux-ci évitent le marché spéculatif des placements à haut-risque et restent donc en marge de la rivière de profits qui s'y génère.

Et c'est ainsi que l'argent se concentre dans les mêmes mains qui ne voient de satisfaction que dans la spéculation parce qu'il n'y a que là que les profits potentiels justifient, à leurs yeux, les risques qu'ils prennent dans ce genre de placements.

Si les paradis fiscaux continuent de servir de planques pour contourner le fisc et la reddition de comptes, il sera impossible de combattre le fléau de l'économie spéculative qui n'est finalement réservé qu'aux très riches qui ont les moyens de perdre, sans conséquence réelle sur leur niveau de vie ou sur la taille de leur gigantesque patrimoine financier.
Fichiers joints
classe-tres-riche-qui-s-enrichit.jpg
classe-tres-riche-qui-s-enrichit.jpg (101.49 Kio) Vu 133 fois
Claude Gélinas, Éditeur
placementsquebec.com

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre