Page 1 sur 1

La Banque Scotia veut éduquer les jeunes du Chili... à propos de l'argent!

Posté : 18 avril 2018, 13:31
par cgelinas
La Banque Scotia (une des "grandes banques" canadiennes) veut augmenter nos connaissances financières afin, dit-elle, que nous fassions de meilleurs choix, en matière d'argent.

C'est un but louable, certes mais c'est comme le loup qui veut apprendre aux moutons à NE PAS se faire manger. On sait d'avance que ça va mal finir pour les moutons qui s'en tiennent strictement aux conseils du loup (la Banque Scotia, dans ce cas-ci).

Alors pour démontrer son intérêt à nous éduquer, globalement, en tant que "consommateurs" ayant recours à l'argent, la Banque Scotia prend l'exemple des jeunes, au Chili qui sont (sans aucune surprise) très endettés.

Pour les "aider" à faire de "meilleurs choix" en matière de finances personnelles, la Banque Scotia a mis sur pied un programme, au Chili. Voici comment ils présentent leur "approche pratique":
123 Emprender (123 on y va!), une initiative chilienne parrainée par la Banque Scotia, vise à promouvoir l’éducation financière des jeunes. Ce partenariat entre la Banque, Juega Más et le centre d’excellence de psychologie de l’économie et de la consommation de la Universidad de la Frontera, vise à former des enseignants chiliens de manière à ce qu’ils puissent améliorer les connaissances financières de leurs élèves tout en ouvrant leurs perspectives à cet égard.

Le programme se distingue des cours de littératie financière traditionnels, car il est fondé sur la conviction que les projets pratiques favorisent l’apprentissage chez les jeunes en les sensibilisant aux enjeux à long terme.
On comprend que le but est de convaincre les jeunes chiliens d'épargner pour "le long terme".

C'est super! Et en même temps, le jupon dépasse.

Pourquoi?

Parce que la Banque Scotia veut augmenter sa présence dans le marché du Chili et pour y arriver, à peu de frais, elle encourage la jeunesse du Chili à épargner parce que pour chaque peso chilien (CLP) déposé à la Banque Scotia, en épargne, la banque peut utiliser ce dépôt comme collatéral afin de prêter un multiple (au moins 9 fois, via le jeu de la réserve fractionnaire soit un jeu d'écritures comptables) de ce montant déposé.

On comprend mieux la motivation du loup à financer cette "approche pratique" pour convaincre les jeunes d'épargner ; )

C'est ainsi que raisonne la Banque Scotia: donner l'impression de faire un bon geste (ce qui est vrai, dans une certaine mesure) tout en s'assurant de s'enrichir, libéralement, au passage.

Rien de mal à voir le capitalisme se dévoiler, via la Banque Scotia ou toute autre banque. Il faut juste se rappeler à qui on a affaire: à un loup.

Ça ne veut pas dire que nous sommes des moutons mais il ne faudrait pas tomber dans le piège de la complaisance et se mettre à boire les "sages conseils" du loup car, au final, le loup voit à ses propres intérêts... pas à ceux des moutons qu'il entretient afin de mieux les dévorer, le moment venu (notamment via l'endettement, devenu endémique au Chili, soit-dit-en passant).

Soyez plus avisé que le loup et faites votre éducation financière selon vos propres préférences de bonne gouverne et sachez reconnaître vos limites. Ceci vous servira bien mieux que de simplement viser l'épargne (à des taux ridiculement bas) pendant que votre endettement détruit votre "vie financière"... principalement parce que les banque, dont la Scotia, au Chili et au Canada, ne font plus AUCUN PRÊT PERSONNEL (ou commercial) sous les 5,000$... ils disent plutôt de prendre une carte de crédit (à 19,9% et 24,9%) pour ces "petits montants"... s'ensuit la catastrophe de l'endettement.

Mais ces loups sont tellement fin de vouloir nous "enseigner" la bonne gestion financière "par la pratique", hahaha!

Continuez à aiguiser votre sens critique, chers amis!