Bombardier supprime 5000 emplois pour économiser 250 millions $US

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 240
Enregistré le : 31 mai 2010, 16:26
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Bombardier supprime 5000 emplois pour économiser 250 millions $US

Message par cgelinas » 08 novembre 2018, 08:11

Bombardier a annoncé jeudi une série de mesures pour améliorer sa rentabilité, y compris la suppression d’environ 5000 postes et la vente du programme d’avions régionaux Q400.

La multinationale québécoise réduira la taille de son «équipe centrale d’ingénierie aéronautique», concentrée dans la région de Montréal, et sabrera des emplois dans d’autres secteurs dans le cadre d’une «initiative de restructuration» visant notamment «l’optimisation des processus de production et de gestion».

Par ailleurs, Bombardier vendra sa gamme d’avions turbopropulsés Q400 à l’entreprise britanno-colombienne Viking Air pour environ 300 M $ US. L’entreprise avait acquis ce programme de Boeing en 1992.

Bombardier cédera en outre ses activités de formation des pilotes et des techniciens d’avions d’affaires à l’entreprise montréalaise CAE pour environ 800 M $ US.

Au troisième trimestre, Bombardier a enregistré des revenus de 3,64 G $ US, en baisse de 5%, et des profits nets de 149 M $ US (4 cents US par action). Pendant la même période de l’an dernier, l’entreprise avait subi une perte nette de 100 M $ US.


Source: Journal de Québec
Fichiers joints
la-direction-de-bombardier-avait-besoin-de-liquidites.jpg
la-direction-de-bombardier-avait-besoin-de-liquidites.jpg (96.65 Kio) Vu 159 fois
avion-q400-de-bombardier.jpg
avion-q400-de-bombardier.jpg (34.71 Kio) Vu 174 fois
Claude Gélinas, Éditeur
placementsquebec.com

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 240
Enregistré le : 31 mai 2010, 16:26
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Legault doit intervenir, dit Anglade, qui refuse de blâmer l’entreprise

Message par cgelinas » 09 novembre 2018, 09:42

Ah, ben, ah, ben... hahaha!

L'ancienne vice-première ministre du PLQ de Philippe Couillard qui a gardé le secret sur ce dont elle a discuté à son dernier voyage à Bilderberg 2018, en Italie sort publiquement pour demander que la CAQ (qui a battu le PLQ au scrutin du 1er octobre 2018) donne ENCORE de l'argent à... Bombardier!

Ouep, le "BS corporatif" dans toute sa splendeur!

Le PLQ a été sorti du Québec francophone pour sa gestion lamentable, entre autre avec nos milliards qui ont été dans les poches de Bombardier qui s'est ensuite dépêcher de prendre TOUTES les pires décisions possibles pour l'économie du Québec!

Là, la "vendue à Bilderberg et au mondialisme" Dominique Anglade pousse sur l'opinion publique pour forcer la main à la CAQ... c'est odieux. Elle a beau être dans l'opposition, après avoir laissé partir Rona et St-Hubert (et des dizaines d'autres fleurons québécois), elle n'a AUCUNE LEÇON à donner à qui que ce soit. Surtout pas au nouveau gouvernement en place.

La CAQ sert probablement le même Establishment que le PLQ mais le fait que Dominique Anglade tente de se faire du capital politique et se transformant en championne du "BS corporatif" a de quoi lever le coeur des Québécois.

Alors sans plus attendre, voici la nouvelle où Dominique Anglade tente de "vendre sa salade" pour le plus grand enrichissement des propriétaires de Bombardier qui, eux, sont morts de rire...

--

Le Parti libéral demande au gouvernement Legault de lancer des pourparlers avec Bombardier pour revigorer le secteur de l’aérospatial au Québec, mais refuse de montrer du doigt l’entreprise pour les récentes suppressions d’emplois.

Bombardier a annoncé jeudi qu’elle devra abolir 5000 emplois, dont 2500 au Québec, au cours des 18 prochains mois.

«C’est au gouvernement de s'asseoir avec l’entreprise, s’asseoir avec le secteur et trouver des solutions. Nous, [quand nous formions le gouvernement], nous en avons trouvé, des solutions», a indiqué la porte-parole libérale en économie, Dominique Anglade, lors d’une mêlée de presse, jeudi.

«Le gouvernement a la responsabilité d’être proactif et de démontrer qu’il a la volonté ferme de poursuivre le développement du secteur de l’aérospatiale», a-t-elle ajouté.

Elle croit notamment que Québec doit interpeller le gouvernement fédéral pour qu’il mette l’épaule à la roue dans la promotion du secteur de l’aérospatiale.

Pas de blâme

Par ailleurs, Mme Anglade refuse d’associer les décisions de l’entreprise aux suppressions d’emplois annoncés jeudi.

«Il y a des réalités d’affaires auxquelles ils font face, ça, on le conçoit. Mais encore une fois, c’est au gouvernement de s’asseoir avec l’entreprise pour trouver des solutions», a-t-elle indiqué.

«C’est une entreprise qui a fait en sorte qu’aujourd’hui, sans elle, on n’aurait pas le secteur de l’aérospatiale qu’on a au Québec. C’est un pilier de l’économie, c’est 40 000 emplois», a-t-elle ajouté.

Quant à la rémunération des dirigeants et les décisions d’affaires, «ça, c’est le rôle du C.A.», a dit Mme Anglade.

«S’engraisser avec les fonds publics»

Pour sa part, Québec solidaire reproche à Bombardier d’avoir «abandonné» les travailleurs, en «s’engraissant largement avec des fonds publics».

Québec a investi 1,3 milliard$ en 2016 dans la branche C Series de Bombardier, avant qu’Airbus en prenne le contrôle en juin dernier.

«De toute évidence, la direction de Bombardier, ça ne les dérange pas de s'en mettre plein les poches en s'abreuvant avec des fonds publics pendant que, de l'autre main, ils mettent à pied des milliers de Québécois», a déploré le porte-parole solidaire, Gabriel-Nadeau Dubois, qui exige un «changement de culture économique» au Québec.

«Gloutonnerie»

De son côté, le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, croit qu’investir à nouveau dans Bombardier serait «imprudent et téméraire».

Le gouvernement Legault doit d’abord s’occuper «personnellement» du dossier, «au lieu d’accepter béatement» les raisons évoquées pour la suppression d’emplois.

Les dirigeants de l’entreprise doivent également renoncer immédiatement à leurs éventuels bonis, qui sont de la «gloutonnerie», croit M. Bérubé.

«Quelles que soient les décisions qui sont prises, lorsqu’elles impliquent de façon massive de l’argent public, il faut d’abord que la priorité soit la préservation des emplois», a-t-il insisté, lors d’une mêlée de presse.

Avec la collaboration de Geneviève Lajoie


Source: TVA Nouvelles
Fichiers joints
dominique-anglade-a-l-emission-de-mario-dumont.jpg
dominique-anglade-a-l-emission-de-mario-dumont.jpg (57.25 Kio) Vu 156 fois
Claude Gélinas, Éditeur
placementsquebec.com

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre